Pandobac, supprimer les emballages jetables de livraison

Pandobac propose une solution de caisses réutilisables de transport de marchandises alimentaires pour remplacer celles à usage unique auprès de la distribution et de la restauration.

Détails du projet

  • Structure porteuse : Pandobac
  • Nature de l'initiative : Démarche individuelle (entreprise ...)
  • Périmètre : National, Auvergne-Rhône-Alpes, Bretagne
  • Localisation : 64C Allée de Saint-Malo 94569, Rungis
  • Date de début : janvier 2018

Piliers de l‘économie circulaire

  • Allongement de la durée d'usage
  • Consommation responsable
  • Economie de fonctionnalité
  • Approvisionnement durable
  • Ecologie industrielle et territoriale
  • Recyclage
  • Eco-conception
Description

Pandobac offre une solution de réemploi d’emballages afin d’éviter les emballages jetables, notamment faites en polystyrène, couramment utilisées dans l’approvisionnement alimentaire. En effet, les fournisseurs agroalimentaires réalisent, en général, leur livraison de produits en emballages à usage unique tels que des cartons, cagettes en bois et caisses polystrène. Leurs clients, n’ayant pas la possibilité de les réemployer et n’ayant pas accès à un circuit pour les rendre, les jettent après la livraison.

Pandobac a été créé en 2018 par 3 associés dont Shu Zhang qui possédait alors un restaurant à Paris. En tant que restauratrice, elle recevait, elle aussi, des marchandises dans des cagettes à usage unique qui lui demandait 30 minutes à une heure par jour de gestion de ces déchets. Il lui semblait alors logique de se faire livrer dans des caisses réutilisables qu’elle pouvait ensuite rendre aux fournisseurs. Cependant, elle n’a pas pu identifier de solutions existantes à ce moment-là.

Elle est alors allée à la rencontre des fournisseurs, qui n’étaient pas contre la mise en place d’un nouveau processus mais n’avaient cependant pas les moyens de sa mise en place, et des restaurateurs, particulièrement intéressés par l‘idée. Pandobac a alors lancé une première expérimentation en visant la restauration commerciale. Pandobac s’est associé avec un fournisseur de Rungis pour un premier test d’un mois à l’été 2018 pour fournir 20 restaurants en caisses réutilisables. Du fait du fort engouement des différents partenaires, les 3 associés ont alors eu la confirmation de l’intérêt de poursuivre l’aventure Pandobac.

Pandobac a commencé à travailler avec les entreprises du marché de gros de Rungis, du producteur en passant par les distributeurs, revendeurs et grossistes jusqu’aux clients finaux : restaurateurs, cuisines centrales, supermarchés et épiceries.

Fonctionnement au national

Aujourd’hui, Pandobac s’occupe de la livraison et de la récupération des caisses ainsi que de leur nettoyage dans leur centre de lavage à Rungis. Ils sont propriétaires des caisses et réalisent une gestion du stock interne.
La prise en charge des caisses vides se fait par les fournisseurs sur le retour. Elles sont acheminées à des points de collecte pour les massifier et sont alors prises en charges par Pandobac. L’entreprise a testé plusieurs modèles économiques tout en gardant son objectif de départ : être au moins au même prix que le modèle à usage unique.

Deux modèles ont alors été créés : une caisse avec couvercle pour les produits de la mer et une caisse ouverte pour le reste. Ces modèles et leurs améliorations ont été réfléchis en partenariat avec les fournisseurs de caisses. Les caisses réutilisables conviennent pour le transport de tout type de produits : fruits, légumes, viandes, poissons, produits transformés, pain, biscuits et produits laitiers.

Pour le nettoyage, Pandobac a un centre de lavage en propre près du marché de Rungis. La logistique de récupération des cagettes se fait en partenariat  . Pandobac fait souvent appel à des nouvelles structures lors de son installation. Pour la Bretagne, Pandobac fait appel à un centre de lavage en local pour réduire le transport. Pour Auvergne-Rhône-Alpes, l’entreprise travaille avec des entreprises autour de Lyon et a des prospects   dans la région sur les fruits, légumes et produits laitiers.

Pandobac a mis en place un outil de traçabilité et de suivi des caisses avec un identifiant unique pour chaque caisse. L’entreprise peut ainsi connaitre le nombre exact de caisses chez chacun de ses clients, procéder aux remplacements nécessaires et gérer facilement son stock.

Pandobac a aussi une activité de bureau d’études afin d’accompagner des projets qui sont encore en amont ou spécifiques. Le bureau d’études peut alors réaliser des études faisabilité et d’impacts coûts pour que les entreprises puissent se projeter. Cela peut être nécessaire quand un nouveau format de caisses est nécessaire ou quand le flux est complexe avec, par exemple, plusieurs d’intermédiaires.
L’équipe peut alors être amenée à rechercher des nouveaux emballages, à trouver des solutions d’automatisation pour la mise en caisse, à travailler sur la traçabilité, à calculer les impacts coûts et environnementaux. Son objectif va être d’identifier ce qui diffère de l’usage unique et de trouver des solutions.

Déploiement des activités en Bretagne

L’activité en Bretagne est actuellement concentrée autour du poisson et des produits laitiers. Ce sont les mareyeurs et les criées qui ont été les premières portes d’entrée de Pandobac sur ce territoire. Cette activité est particulièrement consommatrice de caisses en polystyrène et les acteurs étaient matures pour l’utilisation de caisses réutilisables. Les caisses sont ensuite utilisées pour la livraison de la restauration et de la distribution.

 

Résultats qualitatifs et chiffres clés

Chiffres-clefs :

 

  • + d’1 million d’emballages remplacés par des caisses réutilisables
  • Pandobac a pu réaliser une analyse de cycle de vie. L’utilisation de caisses réutilisables permet de diviser par 3 l’impact sur le CO2, l’eau et la production de déchets par rapport aux caisses à usage unique.
  • Les caisses réutilisables de Pandobac sont moins chères que les caisses en polystyrène et au même prix que les caisses en carton.
  • 50 000 caisses en circulation

Historique et perspectives de l’initiative

2018 : Naissance de Pandobac
2019 : Ouverture du centre de lavage de Rungis, signature des premiers clients en produits de la mer et en fruits et légumes à Rungis
2020 : 1ère levée de fonds et premiers clients hors Ile de France
2021 : lancement du bureau d’études
2022 : lancement de l’offre à destination des industriels agro-alimentaires
2023 : 2ème levée de fonds

Perspectives

Aujourd’hui, Pandobac a la capacité d’aller plus vite et la vitesse d’évolution des fournisseurs, en particulier pour les grosses structures, peut parfois être frustrante. Cependant, l’entreprise a pu observer une accélération sur ces deux dernières années. Pandobac est très fier du chemin parcouru et il est particulièrement motivant pour eux de voir le changement de mentalité et de prise de conscience. Une prise de conscience plus globale et une connaissance du sujet plus forte permettrait de continuer ce changement.

Pandobac souhaite se développer géographiquement, sur ces types de clients et sur les emballages traités. En effet, pour aller plus loin et adresser l’intégralité des emballages à usage unique, il leur sera nécessaire d’adresser toutes les régions.

Pandobac projette un développement en France pour les deux prochaines années. Depuis l’année dernière, l’entreprise s’oriente vers les industriels agroalimentaires qui ont des volumes plus importants que leurs clients habituels. Les flux sont plus complexes. Le bureau d’étude est alors systématiquement mobilisé. Ce sont aussi des projets nationaux donc avec une autre logistique. Pandobac travaille notamment avec un grand groupe de produits laitiers, leur permettant d’évoluer sur ces sujets du fait des volumes plus importants.

 

Facteurs d'accélération et freins

Facteurs d’accélération

Loi AGEC

La loi AGEC a mis en lumière la problématique des emballages à usage unique ainsi que les solutions associées comme celles apportées par Pandobac.

Accompagnement au changement

Pandobac a constaté qu’il était nécessaire d’être très présent lors des changements, de former, d’accompagner dans le nouveau système jusqu’à ce que l’habitude soit prise et que cela soit la nouvelle norme.

Reconnaissance nationale

Après l’expérience acquise, Pandobac est monté en expertise sur le réemploi d’emballages et est prêt à répondre aux demandes des entreprises. De ce fait, Pandobac est bien identifié sur ce sujet par les fournisseurs qui souhaiteraient se lancer.


Principaux freins

Sujet méconnu
L’émergence du sujet reste encore un frein aujourd’hui. Cependant, Pandobac a pu observer une différence par rapport au début. Les fournisseurs ont pris conscience aujourd’hui du sujet.

Pas de soutien actuel des lois

Aujourd’hui, il n’y a que la loi AGEC qui crée des contraintes réglementaires sur l’utilisation d’emballages uniques. Cette loi se concentrent plutôt sur les sacs plastiques et les couverts en plastique de la vente à emporter. Elle n’est pas spécifique aux emballages des professionnels bien qu’elle ait poussé les utilisateurs d’emballage à usage unique à réfléchir à leurs usages. La création de lois dans ce sens permettrait d’accélérer le développement du réemploi.

Mise en place de la nouveauté

Qui dit émergence, dit nouveaux processus de travail. Cela peut faire peur aux fournisseurs ou simplement les freiner face à un système d’emballages à usage unique qui correspond à leur besoin et qu’ils connaissent bien. D’autre part, même pour ceux qui souhaitent se lancer, il peut y avoir des freins techniques pour mettre en place la chaine de réutilisation. C’est pour cela que Pandobac a mis en place son activité de bureau d’études.

Frein structurel

Il est souvent difficile d’atteindre les décideurs. En effet, l’emballage n’est souvent pas le sujet prioritaire même si les entreprises ont conscience de son importance. Le produit et le métier reste la priorité.

 

Domaines d’activités

  • Alimentation
  • Services
  • Commerce

Ressources

  • Déchet
  • Bois
  • Carton
  • Plastique
Mise en oeuvre

Moyens humains

3 personnes dans le BE

15 personnes dans l’entreprises

Services : Commerciaux et relations clients, mise en œuvre opérationnelle,

Financement

Levée de fond Société d’investissement, business angel, beaucoup de subventions (ADEME, territoire, Région et ville, métropole) et de la dette 2020 : 1,2 millions 2023 : 1,5 millions CA : 1 million A permis : Recrutement, opérationnel, amélioration des se
Partager:
120
Auteur de la page

Shu Zhang

Modérateur

Oriane Marignier

Chargée de mission économie circulaire Pôle Innovation et Animation Territoriale