Valorisation des biodéchets

  • Eclaira.org
  • /
  • 623

Aperçu des enjeux de la valorisation des biodéchets et présentation de solutions d’économie circulaire, au cœur des priorités de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. 

Cette fiche a été rédigée par le CIRIDD dans le cadre de l’animation du Réseau ECLAIRA. Elle est le fruit d’une recherche documentaire ainsi que d’un travail de terrain auprès d’acteurs de la filière. - Avril 2020


Table des matières

Contexte
Quelques chiffres clés
Quelques problématiques en termes d’économie circulaire
De nombreuses solutions en Auvergne-Rhône-Alpes et en France
Les signaux d’une transition en cours
Ressources pour aller plus loin
Sources des informations


Contextualisation

DEFINITION

 

Les déchets organiques ou biodéchets sont les déchets issus de ressources naturelles animales ou végétales. Représentés principalement par les déchets de cuisine (épluchures de légumes et autres restes alimentaires), ce sont aussi les déchets verts du jardin (tailles de haie, tonte de gazon, feuilles mortes ...) et les déchets en cellulose (essuie-tout, mouchoir en papier). Ils représentent environ 30% de la poubelle moyenne d’un ménage ; c’est pourquoi il est important de réfléchir à la manière de les traiter.

Dans une logique d’économie circulaire, les traiter séparément permet d’en extraire de l’énergie d’origine renouvelable grâce à la méthanisation et de produire du compost de qualité. Au contraire, les incinérer ou les enfouir conduit à des pollutions diverses et à un gaspillage énergétique.

 

REGLEMENTATION

 

Vers la généralisation du tri à la source :

  • La loi sur la transition énergétique pour la croissance verte de 2015 édicte que le tri à la source des déchets organiques doit être généralisé pour tous les producteurs de déchets d’ici 2025, et que les collectivités fournissent à chaque citoyen une solution pour valoriser leurs biodéchets.
  • La loi Grenelle II de 2016 oblige les entités produisant plus de 10 tonnes de biodéchets par an à trier à la source leurs biodéchets.
  • Le pack Economie Circulaire UE de 2017 prévoit la généralisation du tri à la source dès 2023

 

Par ailleurs, un règlement sanitaire s’applique du fait de la probabilité de la présence de sous-produits animaux dans les biodéchets.

Dans notre région :

  • Le Plan Régional de Prévention et de Gestions des Déchets de 2019 s’est donné pour objectif de réduire de de 12% le gisement des déchets ménagers et assimilés et déchets d’activité économique, ainsi que d’atteindre un taux de valorisation de 70% en 2031 (54% en 2015) pour les Déchets Non Dangereux Non Inertes (DNDNI). Dans cette optique, la prévention à la source via la lutte contre le gaspillage alimentaire et le compostage de proximité, adossé à un la mise en place de système de collecte sélective sont évoqués comme des axes prioritaires.
  • Le Plan Régional en faveur de l’Economie Circulaire de 2019, au sein du PRPGD, fixe la prévention des biodéchets comme thématique prioritaire et évoque le vote du lancement d’appels à projet pour financer les équipements nécessaires à leur collecte séparée et à leur valorisation.
 

CHiffres clés

En France :

  • 1 habitant produit chaque année en moyenne 506 kg de DMA (déchets ménagers et assimilés) se décomposant de la manière suivante :
    • 371 kg d’ordures ménagères et assimilées (ce sont les déchets de la poubelle d’ordures ménagères, des emballages papiers et verre).
    • 135 kg de déchets occasionnels (apports en déchèteries, les encombrants et les déchets végétaux).
  • La part des déchets putrescibles dans les OMR représente 27%, soit 115kg par personne et par an.
  • Les gisements nationaux en biodéchets permettraient d’amender 3,5% de la Surface Agricole Utile française.
  • La collecte séparée des biodéchets concerne 9% de la population contre 99% pour les emballages.
  • Le gaspillage alimentaire représente :
    • 10 millions de tonnes de nourriture gaspillée par an en France
    • Le gaspillage alimentaire est estimé à 16 milliards d’euros
    • 15,3 millions de tonnes de CO2 sont engendrés par le gaspillage alimentaire

 

Dans notre région :

  • Grâce au compost de proximité, le PRPGD vise à diminuer les biodéchets de -8,3kg/hab./an (DMA)
  • Selon SINDRA, observatoire des déchets, la collecte séparée des biodéchets de toute la population porte sur un gisement potentiel d’environ 502 000 tonnes, auprès des particuliers principalement.
  • En 2018, 13 communes proposent des filières de collecte séparée pour les producteurs et les ménages, captant 12 939 tonnes de biodéchets par an.
  • Selon les objectifs du PRPGD, la collecte séparée des biodéchets pourrait concerner 170 000 tonnes de biodéchets en 2025 et 176 000 tonnes en 2031.
  • Le PRPGD vise à diviser par 2 le gaspillage alimentaire en 2025, soit à diminuer de -16kg/hab./an les Déchets Ménagers et Assimilés (DMA), et de -2kg/hab./an les Déchets d’Activités Economiques (DAE)
 

 

Quelques problématiques en termes d’économie circulaire

LES ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX LIES A L’ABSENCE DE VALORISATION DES BIODECHETS

 

Le gaspillage alimentaire encore trop présent.

De fait, un tiers de la nourriture produite dans le monde ne sera jamais consommée, ayant pour conséquences une perte économique et des impacts environnementaux (de la production de ces aliments à leur traitement comme déchet).

Le gaspillage énergétique induit par des pratiques d’enfouissement et d’incinération des biodéchets.

Effectivement, les biodéchets ont une très forte teneur en eau (entre 60 à 90%), les incinérer avec les déchets ménagers revient à brûler de l’eau et consomme donc de l’énergie inutilement lors de l’incinération.

La pollution toxique due au mélange avec les autres déchets.

Les biodéchets créent entre eux des liquides en se décomposant. Le contact avec les autres déchets génère alors un mélange de substances toxiques. Ces dernières se répandent et propagent des métaux lourds dans la terre. De plus, le rejet des huiles alimentaires usagées dans les canalisations est également très polluant et difficile à retraiter.

Les émissions de gaz à effet de serre, issues de la fermentation des déchets tassés dans un milieu sans oxygène.

Cela provoque la création de méthane dans l’atmosphère, ayant un pouvoir de réchauffement bien supérieur à celui du CO2.

La perte d’une ressource de qualité pour amender les sols, alternative à l’utilisation d’engrais chimiques.

En se dégradant par le biais du broyage ou du compost, les biodéchets possèdent un fort potentiel pour nourrir les sols. Leur incinération prive les agriculteurs d’un amendement organique de qualité et à prix accessible.

LES ENJEUX PROPRES AUX DIFFERENTES METHODES DE TRI ET DE VALORISATION

 

La qualité du tri est indispensable à la valorisation des biodéchets.

De ce fait, le tri à la source, grâce à des opérations de collecte séparée, paraît préférable au tri mécano-biologique. Au contraire, ce dernier consiste en un sur-tri a postériori des déchets ménagers jetés en mélange. Cela entraîne une détérioration de la qualité du flux de biodéchets, et amoindrit alors son potentiel de valorisation.

Selon la nature du biodéchet, certaines formes de valorisation sont plus adaptées.  

Le compostage consiste en la dégradation de la matière organique en présence d’oxygène, afin de produire un amendement organique pouvant nourrir le sol. La méthanisation est un procédé de dégradation de la matière organique sans oxygène, produisant du biogaz et du digestat. Alors que le digestat peut être utilisé comme amendement organique pour les sols, le biogaz peut être valorisé directement dans les réseaux de gaz naturel ou fournir de l’électricité et de la chaleur par combustion. Enfin, pour les industries agro-alimentaires émettrices de biodéchets d’origine végétale, l’épandage est aussi une option encadrée par les exigences réglementaires.

 

LE ROLE DES COLLECTIVITES DANS LA STRUCTURATION D’UNE FILIERE DE COLLECTE ET DE VALORISATION

 

La valorisation des biodéchets nécessite une vision systémique pour repenser le traitement des déchets par les collectivités territoriales. La mise en place de systèmes de collecte séparée permettrait de remplir les objectifs pour 2025, en rendant accessible aux ménages un moyen de valoriser leurs biodéchets. Cela nécessite alors de disposer d’une solution de traitement adéquate à la gestion d’une grande quantité de matière organique. En parallèle, identifier les besoins des agriculteurs en amendement organique permet de passer d’une logique de gestionnaire de déchets à une démarche produit. En effet, il ne s’agit pas seulement de collecter, il faut aussi pouvoir traiter le déchet et lui trouver des débouchés, afin de créer une chaîne de valeur. De la même façon, la transformation du système de gestion des déchets doit s’accompagner d’une formation du personnel en charge de cette tâche dans les collectivités, dont le métier est amené à évoluer.

Mobilisation des acteurs, moyens logistiques, sources de financement... La création d’une filière de valorisation des biodéchets nécessite donc un portage politique fort et un schéma global de déploiement.

 


De nombreuses solutions en Auvergne Rhône-Alpes et en France

De nombreuses initiatives se développent pour valoriser les biodéchets, partout en France et en Auvergne-Rhône-Alpes. Plus qu’une recette magique, chaque méthode de traitement doit être adoptée en fonction de sa pertinence vis-vis d’un contexte territorial particulier. Espace rural, urbain, agricole… Pour chacun, il n’y a pas une, mais plusieurs solutions :  compostage, méthanisation….

En ramenant à la terre une matière organique riche et de qualité, la valorisation des biodéchets offre la possibilité de créer des boucles vertueuses sur le territoire entre producteur de déchets et demandeur d’amendements des sols. En outre, la structuration de la filière pourrait générer de nombreux emplois durables et non-délocalisables.

 

REPONDRE AUX BESOINS DES MENAGES

 

Multiplier les solutions de proximité accessibles aux citoyens, pour les sensibiliser sur l’importance du tri.

Individuel ou collectif, le compost constitue un débouché pour les biodéchets des ménages. Dans ce cadre, l’association Mouvement de Palier (69) accompagne les citoyens désireux de se lancer dans cette démarche dans leur immeuble ou leur quartier, à travers des ateliers "Monter son composteur collectif", afin de découvrir comment mobiliser ses voisins pour bien démarrer son projet ! L’association Eisenia (69) valorise les biodéchets des ménages et entreprises en installant des lombricomposteurs collectifs d'intérieur et d'extérieur. Elle propose également des animations et formations professionnelles sur ces sujets. Enfin, en 2020, la Métropole de Saint Etienne (42) subventionne l’équipement des ménages en poulaillers, lombri-composteurs ou composteurs pour les aider à réduire leurs déchets.

Au niveau de la collectivité, structurer une filière de collecte sélective, adossée à une tarification incitative.

Le SMICTOM du Pays de Vilaine (35) a couplé son dispositif de collecte séparée de biodéchets à la mise en place d’une redevance incitative, consistant à facturer les usagers pour la part de déchets résiduelle dans leur poubelle grise. Pour les producteurs, le Syndicat du Bois de l’Aumône (63) couple son offre de collecte séparée des bio-déchets à une tarification incitative assise sur la quantité de déchets générée.

Adapter sa consommation alimentaire, afin de lutter contre le gaspillage. Le Gourmet Bag© est une version valorisante du doggy bag afin de démocratiser cette pratique. La conserverie mobile (26) sensibilise les citoyens au gaspillage alimentaire en leur proposant de cuisiner à partir d’aliments déclassés ou en surplus, offerts par les producteurs locaux.

 

ACCOMPAGNER LA GESTION DES BIODECHETS DES PRODUCTEURS

 

Au niveau de la collectivité, proposer des systèmes de collecte sélective pour les producteurs.

La communauté d’agglomération du Grand Annecy (74) a collecté 327 tonnes de biodéchets de professionnels traités dans le département, grâce à la mise en place d’une redevance spéciale sur le territoire. Le Valtom (63) a accompagné pendant deux ans le centre hospitalier d’Ambert dans le déploiement d’une démarche de réduction et de valorisation des biodéchets.

Mettre en place un compostage en circuits courts et en milieu urbain.

De nombreuses initiatives sont mises en place pour les professionnels, comme OuiCompost (69) ou Les Alchimistes (69), collectant les biodéchets de leurs clients en circuits courts pour alimenter leurs petites unités de compostage électromécaniques, ou encore Terrestris (69)  qui collecte les biodéchets des restaurateurs et professionnels pour les valoriser localement sur des plateformes de lombricompostage.

Adapter la gestion des denrées alimentaires, afin de lutter contre le gaspillage.

Meal Canteen (42) accompagne les structures de restauration collective vers une activité zéro déchet, et propose aux usagers de réserver leur repas via une application, permettant de transmettre en cuisine le nombre de personnes attendues et leurs choix. ProxiDon (69) offre une solution logistique aux producteurs et autres donateurs (commerce de proximité, restaurants scolaires...) souhaitant donner leurs invendus à des associations d'aide alimentaire via une plateforme numérique utilisant la géolocalisation pour éviter les longs trajets.

D’autres exemples pour aller plus loin :

  • Mille et un repas (69), la société de restauration à l’origine de la démarche zéro gaspil’® en restauration collective.
  • La Fabuleuse Cantine (42), le restaurant créatif et solidaire cuisinant à base d’invendus.
  • La Cantine Savoyarde (73), l'alliance anti-gaspillage pour les plus démunis.
  • Care Eat (42), le label destiné aux commerçants pour développer des pratiques anti-gaspillages.
  • Récup et Gamelles (69), l'association lyonnaise qui s'inscrit dans une démarche d'économie circulaire, sociale et solidaire pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

Proposer des solutions de tri et de stockage des biodéchets adaptés aux besoins des entreprises.

Compost’ond (42) fournit aux gros producteurs de Saint-Etienne des palox contenant du broyat pour éviter les odeurs. Ecovalim (69) propose des solutions aux professionnels de la restauration et aux entreprises agro-alimentaires pour collecter et recycler le marc de café, les huiles alimentaires, les biodéchets et leurs emballages grâce à leur machine à déconditionner.

D’autres exemples pour aller plus loin :

  • Vitivalo (73), le projet de recherche pour valoriser les déchets viticoles

Encourager les synergies multi-partenariales

Dans une démarche d’écologie industrielle et territoriale, le Syndicat du Bois de l’Aumône (63) collabore avec les entreprises industrielles du territoire pour garantir une gestion éco-responsable des biodéchets, à travers le label Eco-Res’Peer.

D’autres exemples pour aller plus loin :

  • Salers Biogaz (15), la solution de méthanisation territoriale au pays de Salers
  • Valrhona - Trotec (26), la transformation de coproduits de cacao en matière première pour l’alimentation animale
  • Kerry Ravifruits - TROTEC (26), la transformation de coproduits de fruits rouges et confiseries en matière première pour l’alimentation animale
  • Concept-Fruits - Arc en Ciel (07), la valorisation de déchets de marrons en compost
  • Agritexia (07), la valorisation du petit lait de fromagerie en énergie
  • Lactoservice (63), une initiative collective pour valoriser le petit lait

Créer de nouvelles activités basées sur des synergies locales.

Le pôle agro-culinaire Lezsaisons souhaite faire méthaniser les biodéchets créés par l’activité de transformation de fruits et légumes afin d’alimenter ses propres camions en biogaz. En se dotant d’un site de compostage et de méthanisation, le projet Terragr’eau vise à valoriser tous les biodéchets d’un territoire agricole.

Inventer de nouvelles façons de valoriser les bio-déchets.

La Brasserie de la Loire a confectionné la première bière anti-gaspillage à base de pain sec toasté. La baraque à huile (73) collecte et fait valoriser les huiles alimentaires usagées en biocarburant.

D’autres exemples pour aller plus loin :

  • L’entomoculture chez NextAlim (86), un procédé utilisant des insectes saprophages (se nourrissant de déchets)

 


Les signaux d'une transition en cours

Les incitations réglementaires poussent vers une généralisation du tri à la source du des biodéchets.

Dans de nombreuses villes on observe un engouement citoyen pour les composts collectifs.

Les économies liées au détournement des biodéchets des Ordures Ménagères Résiduelles peuvent constituer un levier financier pour les collectivités territoriales.

La valorisation des biodéchets permet de fournir un amendement organique de qualité et à prix accessible, alternative aux engrais de synthèse.

L’implication du personnel dans des projets de compostage professionnel les amène à monter en compétence et génère un changement de comportement structurel.


POUR ALLER PLUS LOIN

ADEME :

CNIID : centre national d’information indépendante sur les déchets, www.cniid.org/Impacts-environnementaux-lies-a-la-gestion,99

Réseau CompostPlus : réseau national d’échanges rassemblant élus et techniciens de collectivités engagées dans le tri des biodéchets à la source,

Réseau compost citoyen : association nationale faisant la promotion de la prévention et gestion de proximité des biodéchets et du compost citoyen sous toutes ses formes afin de promouvoir le tri à la source, https://reseaucompost.org/ 

Sigidurs : il exerce une mission de service public, la collecte, le traitement et la valorisation des déchets ménagers et assimilés, produits par son territoire, https://www.sigidurs.fr/

Sindra, enquête sur les biodéchets en Auvergne Rhône-Alpes, 2018, http://www.sindra.org/wp-content/uploads/2019/12/SINDRA-BIODECHETS-Auvergne-Rhone-Alpes-2018.pdf

Valtom : collectivité publique en charge de la valorisation et du traitement des déchets ménagers du Puy-de-Dôme et du nord de la Haute-Loire, http://www.valtom63.fr/

Zero Waste France : association environnementale promouvant la réduction des déchets, et plus largement, une meilleure gestion des ressources.


Source des informations

 

Fiche Atelier 1 “Collectivité et Entreprises” des rencontres biodéchets ECLAIRA du 5 novembre 2019

Fiche Atelier 2 “Evolution des métiers” des rencontres biodéchets ECLAIRA du 5 novembre 2019

Fiche Atelier 3 “Gros Producteurs” des rencontres biodéchets ECLAIRA du 5 novembre 2019

Fiche Atelier 4 “Modèle économique” des rencontres biodéchets ECLAIRA du 5 novembre 2019

Présentation de Réseau Compost Plus, “Créer un modèle économique pour valoriser les biodéchets”, 5 novembre 2019

Ressources en ligne :

ADEME, Guide pratique réduire, trier et valoriser ses biodéchets, 2013,

https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/reduire-trier-et-valoriser-biodechets-gros-producteurs-guide-pratique-2013.pdf

ADEME, le mag 96, 2016, www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/ademe_mag96-p12_gaspillage_alimentaire.pdf

Biodéchets.org, http://biodechets.org/le-tri-mecano-biologique/

Biodéchets.org, étude de l’ADEME en 2016, http://biodechets.org/dechets-sortir-poubelle/

Centre national d’information indépendante sur les déchets, www.cniid.org/Impacts-environnementaux-lies-a-la-gestion,99

Centre national d’information indépendante sur les déchets, http://cniid.org/+-Biodechets,8-+

FAO, http://www.fao.org/food-loss-and-food-waste/fr/

Grand Lyon, https://www.grandlyon.com/services/le-compostage-des-dechets.html

Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire, décembre 2018, https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/biodechets#e2

MODECOM ADEME, 2019, www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/caracterisation_dechets_menagers_modecom2017_resultats_ordures_menageres_residuelles_010744.pdf

Recita, fiche initiative NextAlim, 2016 https://www.recita.org/initiative/h/valorisation-des-biodechets-par-l-insecte.html

Région Auvergne Rhône Alpes, Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchets (PRPGD), 2019 https://www.auvergnerhonealpes.fr/cms_viewFile.php?idtf=5110&path=PRPGD.pdf

Réseau CompostPlus, Dossier sur la collecte séparée des biodéchets, https://www.actu-environnement.com/media/pdf/dossiers/760-manuel-compostplus.pdf

Sindra, enquête sur les biodéchets en Auvergne Rhône-Alpes, 2018, http://www.sindra.org/wp-content/uploads/2019/12/SINDRA-BIODECHETS-Auvergne-Rhone-Alpes-2018.pdf

Smictom Pays de Vilaine, http://www.smictom-paysdevilaine.fr/trier-mes-dechets/le-nouveau-dispositif-de-collecte/

TerraLéo, http://www.terraleo.fr/les-biodechets/

Zéro Déchet Lyon, plaidoyer pour les biodéchets, 2018, https://zerodechetlyon.org/biodechets-lyon/#_ftnref2

Zero Waste France, Enquête sur les OMR, juin 2019 https://www.zerowastefrance.org/wp-content/uploads/2019/06/20190618_enquete-intercommunalites-2019.pdf  

Zero Waste France, Dossier sur la tarification incitative de août 2015,

https://www.zerowastefrance.org/wp-content/uploads/2018/03/la-tarrification-incitative_dossier-du-mois-aout-2015.pdf

Zero Waste France, 2018, https://www.zerowastefrance.org/statut-juridique-arrete-compostage-proximite/