Les Boites à partage

  • 2018-03-30 00:00:00
  • /
  • Eclaira.org
  • /
  • 249

Valoriser des objets, créer du lien social, consommer autrement et s'engager à son échelle

Les Boites à partage disposées sur l'espace public sont destinées à valoriser des objets dont nous n'avons plus l'utilité pour leur donner une seconde vie, créer du lien social dans un quartier, consommer autrement et s'engager à son échelle.

  • Porteur principal : Le Réseau des Boites à partage
  • Nature de l'initiative :
  • Lyon
  • 19 rue Rivet 69001 Lyon
  • Date de début : juin 2014
  • Date de fin : mars 2018

Le projet des Boîtes à Partage est né en 2014 à l’initiative de Stéphanie. Depuis le lancement, dix personnes ont rejoint le projet ; l’association “Le Réseau des Boîtes à Partage” est née en décembre 2016 ; plus d’une cinquantaine de Boîtes à Partage ont été installées à Lyon et aux alentours ; l’association a dépassé le cent-vingtième accompagnement.

La naissance de ce projet est partie du constat suivant : notre façon de consommer est désuète, pousse à la sur-consommation et limite les échanges et interactions sociales. Nous jetons sans cesse des objets qui, soit fonctionnent encore, soit peuvent plaire à d’autres personnes.

Les boîtes d’échanges entre voisins, Givebox, boîtes à lire, boîtes utiles ont toutes la même fonction: elles valorisent le réemploi, s’insèrent dans une économie circulaire, permettent la réduction de déchets et donnent une seconde vie à des objets. En plus de ces valeurs écologiques fortes, elles sont également vectrices de lien social, de solidarité et d’entraide. Implanter une boîte dans un quartier permet aux habitants de se rencontrer, d’échanger et de créer un lien social juste en bas de chez eux avec leurs voisins.

Plus précisément, nous nous sommes fixés deux objectifs principaux :

  • l’accompagnement des citoyens et des structures professionnelles à la création de Boîtes à Partage dans leur quartier, leur ville, leur village, mais aussi dans les écoles, en entreprise, etc...

  • la création d’un réseau entre les différentes boîtes existantes, notamment grâce à notre future plateforme collaborative que nous allons développer sur notre site : http://boitesapartage.fr

Les Boîtes à Partage symbolisent une économie basée sur la gratuité et l’échange. Sensible à ces thématiques et au vu de l’effervescence autour du projet des boîtes, l’équipe des Boîtes à Partage a la volonté de développer d’autres actions en lien avec la gratuité telles que les magasins gratuits, les frigos et garde-manger solidaires, un tour de France de la gratuité, des conférences sur la gratuité et la création de reportages et témoignages autour de projets liés à la gratuité.

Bénéfices qualitatifs

Plus d’une cinquantaine de Boîtes à Partage existent aujourd’hui à Lyon et aux alentours, nous avons même décidé de rédiger un guide pour les mettre en valeur et les faire connaître au public.

Un grand nombre de citoyens nous contactent chaque semaine pour monter à leur tour une Boîte à Partage dans leur lieu de vie. Ainsi nous avons déjà accompagné plus de 120 personnes partout en France et au-delà. Nous recevons chaque jour de nouvelles demandes. Nos actions ont donc un vrai impact sur le développement et la multiplication des Boîtes à Partage partout en France.

D’autre part, les initiatives en lien avec la gratuité fleurissent de part et d’autre en France, notre volonté est de faire grandir et pérenniser le projet des Boîtes à Partage pour permettre de développer d’autres actions telles que les frigos et garde-manger solidaires sur Lyon et partout ailleurs. Pour le moment, aucun projet (autre que les Boîtes à Partage) n’a été mis en place sur la Métropole de Lyon, nous aimerions répondre à ce besoin grâce à un accompagnement et une structuration de notre projet.

Beaucoup d’initiatives isolées existent en France, pour donner une plus grande visibilité à tous ces beaux projets de citoyenneté engagée, nous voulons mettre à disposition des habitants un site collaboratif où figureront pour commencer toutes les boîtes existantes sur le territoire. En construction pour le moment (http://boitesapartage.fr), nous avons la volonté que cet outil soit utilisé par et pour les habitants.

L’impact des actions déjà réalisés, grâce à l’accompagnement, est plus que positif. À ce jour, plus d’une cinquantaine de boîtes à partage ont été installées à Lyon et aux alentours. Notre communauté sur les réseaux sociaux s’élève à plus de 3000 personnes qui nous suivent et nous avons dépassé le 120ème accompagnement de structures/habitants/collectivités à la création et mise en place de projets d’initiatives citoyennes. Le nombre d’utilisateurs n’est pas quantifiable, c’est une de nos volontés de ne pas contrôler le nombre d’habitants et de permettre l’autogestion d’une boîte. Également le nombre d’objets circulant n’est pas pesé/quantifié. En effet, pour nous il est primordial que ce type d’initiative garde son aspect libre, gratuit, géré par et pour les habitants, sans contrôle ni surveillance.

Bénéfices quantitatifs

L’association est basée sur trois valeurs fondamentales : la liberté, la gratuité et l’inconditionnalité.

Liberté : il n'y a pas de réciprocité dans les boîtes, on peut prendre et/ou donner, sans aucune obligation en retour. Il n'y a pas non plus de contrôle des boîtes, nous faisons confiance aux gens et les laissons libres d'agir. Les boîtes sont basées sur le principe de bienveillance et de bon sens.

Gratuité : tous les objets placés dans les boîtes sont gratuits, c'est évident. Mais nous essayons d'aller plus loin en permettant aux utilisateurs de proposer également dans les boîtes, des services et des bons plans, gratuitement bien sûr.

Inconditionnalité : il n'y a aucune condition pour prendre ou donner des objets dans les boîtes, chacun peut le faire. Les boîtes sont également faites par tous et pour tous, il s'agit d'un bien commun.

Utiliser les Boîtes à Partage est une alternative à la sur-consommation existante dans notre société, grâce à ces boîtes les habitants peuvent trouver des objets gratuitement plutôt que d’en acheter de nouveaux. Nous nous définissons comme “un réseau social dans la vraie vie” et donnons la possibilité, à travers les boîtes, de permettre aux gens de se rencontrer (soit en portant le projet ensemble, soit en utilisant les boîtes régulièrement), d’être plus solidaires avec leurs voisins et de trouver des solutions de proximité pour limiter les déchets, donner une seconde vie aux objets, (re)créer du lien social.

Nous avons la volonté de permettre aux habitants d’une ville, d’un quartier, d’un village de s’impliquer plus durablement dans ces actions, un système de gratuité et d’économie  circulaire. Notre accompagnement donne la possibilité aux habitants de concrétiser leurs envies d’agir et d’agir à leur échelle. Il répond également à un besoin collectif de faire par soi-même, de collaboration et d’entraide. Nombreux sont ceux qui souhaitent consommer différemment, modifier leur quotidien et agir localement pour une société plus juste, respectueuse de l’environnement et des autres. Grâce aux actions autour de la gratuité nous offrons un cadre d’engagement à celles et ceux qui nourrissent un besoin de mieux vivre ensemble et de faire ensemble.

Etapes de l'initiative

La rencontre qui a lancé le point de départ à l’aventure des Boîtes à Partage et celle de Stéphanie avec les boîtes d’échanges entre voisins en Suisse et particulièrement avec Dan et Sylvia, qui portent le projet là-bas. Grâce à cette rencontre, Stéphanie a pu passer de l’idée à la réalisation et se lancer dans le projet plus conséquent des Boîtes à Partage.

Il y a ensuite la rencontre de Stéphanie avec Lisa et Magali, qui à la même période, travaillaient sur leur projet de Givebox à Lyon également. Le fait de ne pas être seule, de pouvoir partager, échanger autour de ces projets a été un vrai plus.

Puis vient la rencontre décisive avec le centre social de Saint Just qui a permis la concrétisation du projet. Stéphanie leur a apporté l’idée, ils l’ont rendue réelle en permettant à Stéphanie de rencontrer d’autres habitants dont Nicolas, artiste lyonnais qui a fabriqué les boîtes de Saint Just. Le centre social a également financé les boîtes.

La rencontre avec l’association Anciela a permis de faire connaître le projet, Anciela faisant appel régulièrement à Stéphanie pour en parler sur des évènements locaux.

Stéphanie a rejoint la pépinière d’initiatives citoyennes d’Anciela et cela a permis au projet de devenir plus structuré, d’ouvrir une réflexion plus forte et de réaliser le besoin d’aller plus loin qu’une simple initiative citoyenne isolée. Leur accompagnement et leur expertise ont donné à Stéphanie l’envie de continuer dans la démarche et d’accompagner à son tour d’autres habitants et citoyens, pour leur permettre de transformer une envie d’agir en une action citoyenne concrète.

D’une initiative citoyenne est venu ensuite le temps de la création de l’association (décembre 2016) et cela a été permis par la rencontre de Stéphanie avec Flore, première personne à la rejoindre et à s’impliquer dans ce projet.

Depuis 2014, le projet prend de l’ampleur et son évolution se nourrit des différentes rencontres et conseils apportés par des structures telles que Recyclivre, l’agence Pop Haus, l’ADEME, la Métropole de Lyon... Grâce à ces différents acteurs, nous pouvons développer d’autres réflexions sur la thématique de la gratuité : nous avons pris conscience que le projet des Boîtes à Partage est une action parmi toutes celles que l’on peut développer via notre structure. Nous avons à coeur de mettre en place des projets en lien avec la gratuité tels que les frigos du partage, les magasins gratuits, les prêts et mutualisations d’objets entre voisins, etc...

Domaines d’activités

  • Recyclage

Ressources

  • Déchet

Partenaires

  • Métropole de Lyon, Maison de l'Economie circulaire
  • Nous sommes depuis quelques mois soutenus par la Métropole de Lyon pour l'accompagnement à la mise en place des Boites à partage (auprès de structures, collectifs d'habitants..) et pour le développement d'autres projets autour de la gratuité.
    La Maison de l'Economie circulaire est un lieu dédié à ces questions dans lequel nous sommes hébergés aux côtés d'autres collectifs et associations

Moyens techniques

Dans les faits, le déroulement de notre action s’opère de cette façon : nous recevons une demande d’accompagnement d’un habitant, d’une structure, d’une entreprise ou d’une collectivité nous faisons un premier rendez-vous d’accompagnement pour expliquer la démarche et les valeurs, donner les conseils, les bases et les outils pour monter une boîte sur l’espace public nous continuons à accompagner les porteurs de projet en fonction de leur besoin et de leur capacité à être autonome une boîte est créée et inauguré et nous poursuivons notre accompagnement autant que nécessaire, nous sommes le plus souvent relai d’informations et moyen de visibilité pour les nouvelles boîtes puisque nous relayons chaque nouvelle boîte sur nos réseaux notre volonté est de créer un réseau, un lieu qui mutualise toute les initiatives montées et créées par les habitants pour donner un accès plus simple aux gens et plus de visibilité aux initiatives Au delà de l’accompagnement, nous proposons un cadre d’engagement pour chaque personne qui souhaite rejoindre le réseau des Boîtes à Partage : ils peuvent par devenir animateurs (sur les évènements auxquels nous participons), ambassadeurs (faire connaître le projet) ou accompagnateurs (après avoir eux-même vécu cette expérience et dans la volonté de la partager avec de nouveaux porteurs de projets).

Dispositifs, outils ou méthodologies

Les différentes actions, que ce soit celles déjà mises en place telles que les Boîtes à Partage ou celles que nous aimerions développer comme les frigos du partage sont toutes des initiatives citoyennes. Nous sommes une structure accompagnatrice, nous sommes là en support. Nous ne sommes pas à l’initiative des ces projets, nous aidons les citoyens à les développer, par nos conseils et notre expertise. Prenons le cas des Boîtes à Partage : nous sommes contactés par un ou des habitants d’un quartier ou une structure publique (comme les MJC, centres sociaux, mairies, écoles…) et nous les aidons à réaliser par eux-mêmes leur boîte. Toute la construction du projet est faite en collaboration avec un petit noyau dur d’habitants et le but est d’impliquer chaque acteur du quartier pour permettre au projet d’être reconnu, soutenu et validé par la communauté. C’est un projet collaboratif, créateur de lien social avec chaque partie prenante : voisins, commerçants, institution, structures associatives, etc... Les boîtes sont créées par les habitants et pour les habitants, elles fonctionnent sur le principe de l’auto-gestion : c’est-à-dire que la personne à l’initiative du projet n’est pas le “gestionnaire” de la boîte, chaque habitant, passant, voisin, commerçant est garant du bon fonctionnement d’une boîte, chacun en est responsable. Si son contenu est jugée dangereux ou inapproprié, une personne passant devant peut prendre la décision de ne pas laisser l’objet dans la boîte. Ce projet fait appel au bon sens, à l’entraide, au vivre ensemble et surtout à la liberté. Nous faisons confiance aux citoyens. Les actions autour de la gratuité que nous allons développer sont basées sur le même principe. La construction d’un projet de frigo du partage est faite en étroite collaboration avec différents acteurs de la ville, d’un quartier pour permettre à la fois son appropriation et sa validation. Dans notre réflexion, nous faisons en sorte d’inclure chaque partenaire, structure et institution pour avoir le plus possible de reconnaissance, d’appui et de validation. Nous pensons qu’à plusieurs nous allons plus loin et que sans l’aide et le soutien de tous les différents acteurs, les projets de gratuité s'essoufflent et perdent leur fonction première : être connu et utilisé par tous. Nous sommes convaincus que la collaboration, la mutualisation des ressources et l’entraide font émerger une intelligence collective et une bienveillance qu’il est important de préserver. En incluant chaque partie prenante, d’un habitant jusqu’à une mairie en passant par des artisans, commerces et associations partenaires, la création d’une initiative citoyenne autour de la gratuité s’insère de façon durable, pérenne, sereine et légale sur un territoire, dans le respect de chacun. Elle est donc validée et approuvée par la communauté et acquiert à la fois une autonomie et une reconnaissance.

Moyens humains

Cinq personnes composent le noyau dur des bénévoles de l’association. Stéphanie est la fondatrice et la présidente de l’association, Flore la trésorière, Soumisha la secrétaire, Lauriane et Samantha sont des administratrices actives dans la vie de l’association.

Chacune apporte des compétences diverses de par ses sensibilités et appétences pour les différents aspects et missions de l’association :

  • Stéphanie est la référente en accompagnement des porteurs de projet. Elle travaille également sur le développement partenarial, la recherche, la formation, l’animation et est la graphiste et la photographe de l’équipe.

  • Flore, en plus de son rôle de trésorière, est accompagnatrice et animatrice en formation, s’occupe de la gestion des réseaux sociaux et du site internet.

  • Soumisha, en plus de son rôle de secrétaire, est l’informaticienne de l’association, travaille sur le développement du site et s’implique aussi sur les temps d’animation.

  • Samantha est dessinatrice et la créatrice de l’identité visuelle de l’association, elle participe activement aux réflexions globales de l’association.

  • Lauriane apporte ses conseils et son expérience sur la gestion administrative et associative et participe, elle aussi, aux réflexions globales de l’association.

En complément de nos compétences, nous sommes en train d’agrandir l’équipe avec de nouveaux bénévoles et accompagnateurs actuellement en cours de formation.

Nous nous entourons également ponctuellement de personnes qui viennent enrichir le projet : Nicolas, artisan, qui a fabriqué une dizaine de boîtes. Alex, juriste, pour les questions liées aux autorisations et à la réglementation. Pour les autorisations et l’acceptation des projets sur un territoire nous sommes en étroite collaboration avec les institutions et structures telles que les MJC, centres sociaux-culturels, mairies et pour la réalisation finale du site internet que nous souhaitons collaboratif et participatif, nous travaillons actuellement avec une agence lilloise qui développe notre site.

Compétences complémentaires recherchées : communication, community manager pour le développement de l'association et nous cherchons à pérenniser le type d’autorisation dispensé par les mairies pour l’installation des boîtes.

Suite à un appel à bénévoles en mars 2018, nous avons recruté 5 nouveaux bénévoles actifs sur les différents projets en cours dans l'association

Autres intervenants

  • Stéphanie Genelot
  • Présidente et co-fondatrice de l'association

Financeurs

  • Système D, apports des structures partenaires, temps bénévole
  • Depuis le début, les Boites sont réalisées avec beaucoup de matériaux de récupération et avec du temps bénévole parfois complété avec des apports financiers de structures de quartier partenaires de l'initiative. De la même manière, la gestion de projet es

Coûts de l'initiative

100

Financement

(Coût pour une Boite : très variable selon la méthodologie employée et les matériaux utilisés, collectifs d'habitants, structure de quartier, entreprise..) Depuis le début, les Boites sont réalisées avec beaucoup de matériaux de récupération et avec du t
 Accompagnement
 Action collective
 Animation
 Don
 Economie sociale et solidaire
 Engagement volontaire
 Gratuité
  liberté
  incondtionnalité

Auteur de la page


  • Autres initiatives

    Plus d'initiatives

    Sur les mêmes thèmes

     Accompagnement
     Action collective
     Animation
     Don
     Economie sociale et solidaire
     Engagement volontaire
     Gratuité
      liberté
      incondtionnalité