Comptoir de campagne, ramener les commerces en zone rurale

  • 2020-06-08 11:58:13
  • /
  • Eclaira.org
  • /
  • 135

L'objectif de Comptoir de Campagne est de ramener des services de proximité dans le monde rural et d'y développer le lien social

  • Porteur principal : Comptoir de campagne
  • Nature de l'initiative : Démarche individuelle (entreprise ...)
  • 2 ALL DES BOULEAUX - 69330 JONAGE
  • Date de début : janvier 2016

En France, 1 village sur 2 n’a plus de commerce. Petit à petit les villages se transforment en dortoir. Face à ce constat, l’objectif de Comptoir de Campagne est de ramener des services de proximité dans le monde rural, de développer le lien social au moment où l’exode vers les campagnes démarre.

 

En tant que structure de l’ESS, Comptoir de Campagne a à cœur de trouver la bonne façon de répartir la valeur entre les fournisseurs, les communes qui les accueille, les clients et eux-mêmes. Ils s’installent dans des collectivités qui n’ont peu ou pas de commerce et viennent en complémentarité de l’offre qui existe déjà.

 

Un comptoir de campagne comporte trois offres :

 

  • Offre d’épicerie (95% de produits locaux)
  • Services (poste, gaz, services d’artisans du territoire)
  • Petite restauration, lieu convivial qui anime la vie du territoire

 

Aujourd’hui, la structure compte 3 grappes de comptoirs.

 

Bénéfices qualitatifs

  • Ramener des services de proximité dans les campagnes
  • Développer le lien social dans le monde rural
  • Participer au développement économique du territoire
  • Créer des emplois

Bénéfices quantitatifs

  • 3 grappes de comptoirs
  • 9 magasins dans 3 départements
  • 2 magasins à l’équilibre depuis 2019
  • 95% de produits locaux (moins de 50 km)

Etapes de l'initiative

Comptoir de Campagne est né à Lyon lors d‘un marathon de l’innovation organisé par WAOUP. L’objectif était de faire sortir des idées et émerger des créations d’emploi. Lors d’une table de ronde autour des villages, Virginie Hils (présidente actuelle de Comptoir de Campagne) et les autres participants ont réfléchi ensemble et créé l’image de ce que deviendrait le projet. Ensuite, Virginie Hils a rencontré une trentaine de maires sur le territoire qui ont exprimé le besoin d’une telle structure.

Les comptoirs n’ont pas de subvention mise à part une aide au lancement. Par la suite, les magasins dégagent des marges qui doivent couvrir leurs charges. Des discussions avec les communes sont menées pour négocier les loyers, des marges sont dégagées sur l’épicerie et les services pour faire vivre les commerces. Un des objectifs est aussi de pouvoir permettre aux salariés de prendre part à la société, avec une rémunération sous forme de participation.

Aujourd’hui, avec 9 magasins sur 3 départements, 2 s’autofinancent depuis 2019. Les autres sont très jeunes, il faut 2 à 3 ans pour réussir à trouver un équilibre financier. Sinon, c’est parce que le panel d’offre ne correspond plus aux besoins du territoire. Pour se développer, Comptoir de Campagne fait appel à des prêts externes. Elle a été accompagnée par France Active, Bpi France, la Région… Deux levées de fond ont été réalisées depuis 2018.

Facteurs d'accélération et freins

Facteurs d’accélération :

Être là au bon moment. Aujourd’hui de plus en plus de personnes recherchent un cadre de vie rural leur offrant un lien avec la Nature, ou à consommer des produits des artisans du territoire. Il y a une vraie demande de la population qui est sensibilisée à l’importance de la consommation locale. Il y a aussi à nouveau un besoin de lien social, ce qui entraîne une demande très forte des collectivités pour animer des lieux de rencontre.

L’ancrage dans l’ESS permet de trouver des investisseurs qui ont le souhait de positionner leur argent sur des entreprises dont ils n’attendent pas la seule rentabilité, mais aussi un impact social et environnemental positif. Les premières demandes auprès d’institutions bancaires ont parfois essuyé des refus du fait de leur taux de rentabilité faible, mais passer au statut de l’ESS a permis de pallier cette difficulté en leur ouvrant des portes vers de nouveaux investisseurs.

Se positionner sur des territoires qui possèdent une production locale s’est avérée facilitant. Quand il est difficile de trouver une variété de produits au niveau du territoire, ce genre de projets est moins susceptible de réussir. La richesse du terroir facilite le lien aux producteurs locaux, de diversifier les approvisionnements pour pallier une éventuelle défaillance.

 

Freins :

La fragilité du modèle économique qui va de pair avec le fait que les mentalités ne changent pas très vite. La période de confinement a permis à de nombreux habitants de les découvrir, mais les habitudes alimentaires semblent prendre le dessus avec le déconfinement. Il reste beaucoup de travail pour éduquer la population aux enjeux d’une alimentation locale, même si la demande croît lentement.

Un appui plus important des élus et des structures territoriales serait nécessaire pour leur permettre de promouvoir l’alimentation locale plus amplement, participer au débat et faire partager leur retour d’expérience. Certains acteurs comme les Chambre d’Agriculture ne travaillent pas toujours avec eux, alors que de nombreuses synergies seraient envisageable.

L’organisation en grappes, c’est-à-dire l’obligation de s’installer dans 5 ou 6 communes pour pouvoir ouvrir une nouvelle grappe complexifie aussi le processus et ralentit le développement. Mais cette approche territoriale systémique est nécessaire pour mieux appréhender les besoins et la couverture commerciale de l’économie rurale.

 

Domaines d’activités

  • Alimentation
  • Artisanat
  • Services

Ressources

  • Alimentaire
  • Emploi
  • Ressources immatérielles

Moyens techniques

Pour assurer la rentabilité des commerces, Comptoir de Campagne a beaucoup travaillé sur la mutualisation. En travaillant avec les producteurs locaux, l’équipe s’est rendu compte que cela consommait beaucoup d’énergie et de temps. Pour soulager les commerçant qui exercent déjà de nombreux métiers en un seul, Comptoir de Campagne a créé un poste d’acheteur-approvisionneur-logisticien sur un territoire et référent pour 5 à 6 comptoirs, la grappe de comptoirs. Il a pour mission de sélectionner les producteurs et les produits, travailler avec eux sur les conditions de fourniture, de récupérer les commandes auprès des magasins et de passer commande auprès des producteurs. Ensuite, il redistribue les livraisons quand le producteur n’accepte pas de livrer les produits à des comptoirs trop éloignés.

Dispositifs, outils ou méthodologies

A chaque niveau, le Comptoir de Campagne possède un label ESS. Les commerçants sont des salariés, le réseau souhaite s’ouvrir aux indépendants. Les salariés gèrent leurs grappes selon leurs envies et les attentes du territoire. Chaque semaine, les commerçants et les acheteurs se réunissent pour discuter ensemble des grandes orientations. Un contact régulier entre les acheteurs permet aussi de faire évoluer le rapport avec les producteurs locaux, ou nationaux dans le cas des produits de dépannage qui peuvent faire appel à la grande distribution. Enfin, des rendez-vous entre grappes et avec la structure mère assurent le développement de partenariats. Comptoir de Campagne travaille aussi avec des enseignes de niveau national sur des projets d’innovation quand ces structures souhaitent garder un maillage territorial dans les campagnes.

 Action collective
 Aménagement territorial
 Circuits courts
 Clubs d'acteurs
 Coopération territoriale
 Economie sociale et solidaire
 Filières locales
 ruralité
 services
 proximité
 lien social
 local
 artisanat

Modérateur

  • Amandine Ameline

    Chargée de missions

    Suivre
  • Auteur de la page


  • Autres initiatives

    Plus d'initiatives

    Sur les mêmes thèmes

     Action collective
     Aménagement territorial
     Circuits courts
     Clubs d'acteurs
     Coopération territoriale
     Economie sociale et solidaire
     Filières locales
     ruralité
     services
     proximité
     lien social
     local
     artisanat