Biovallée

Marque déposée depuis 2002, Biovallée (autrement dit, la vallée du vivant), est un projet né de la volonté de trois communautés de communes voisines de construire un éco-territoire de référence en matière de développement durable. Dans ce cadre, des actions très variées ont été mises en place dans différents domaines : habitat (Dispositif Opérationnel de Rénovation énergétique des Maisons Individuelles, Familles à Energie Positive), agriculture (agro-écologie), aménagement, énergie, déchets, emploi, économie, formation, etc. Sur ce territoire plus d’une trentaine d’entreprises sont impliquées dans le développement humain et durable (salaires revalorisées, incitations aux déplacements en mode doux, éo-construction…).
  • Date de début : novembre 2013
  • Territoire de la Biovallée - vallée de la Drôme
  • Ecosite, 96 ronde des Alisiers - 26400 EURRE
 Accompagnement
 Aménagement territorial
 Appels à projets
 Gouvernance territoriale
 Expérimentation
 Coopération territoriale
 Animation
 Circuits courts
 Concertation
 Ecologie industrielle territoriale
 démarche

Biovallée comprend notamment un programme d’Ecologie Industrielle et Territoriale qui vise à créer des synergies viables économiquement, et source de bénéfices environnementaux entre les acteurs territoriaux, dans le but d’optimiser la valorisation de leurs flux d’activité (déchets, énergie, transport, mutualisation d’infrastructures…).

Bénéfices qualitatifs

  • Faire de Biovallée un éco-territoire de référence au niveau national, européen et mondial

Le territoire de Biovallée est regardé depuis l'étranger et prend part à des évènements de rang mondial. On peut noter pour l'année 2017 que Biovallée recevra la visite du ministre belge de l'environnement et de l'écologie et participera au Forum mondial sur l'innovation rurale au Japon. 

  • Mettre en œuvre des synergies économiquement viables et écologiquement profitables

Compte tenu des spécificités rurales caractérisant Biovallée, l'un des axes prioritaires du programme d'action consiste à renforcer l'offre de mobilité pour rendre le transport (personnes et marchandises) moins coûteux et à moindre empreinte écologique, condition nécessaire à la viabilité des synergies.

Le programme EIT Biovallée donne également la priorité, de manière plus classique, à un volet portant sur la valorisation des sous-produits et déchets et un autre sur le traitement de l'eau.

Bénéfices quantitatifs

Le programme EIT Biovallée contribue de manière opérationnelle à plusieurs engagements du territoire

  • TEPOS : d'ici 2040, réduction de 50 % de la consommation d'énergie et production de 100 % d'énergie renouvelable et locale
  • D'ici 2020, réduction de 50 % des déchets acheminés vers les centres de traitement
  • D'ici 2020, création de 2 500 nouveaux emplois dans les éco-filières
  • Engagement des associations, collectivités et entreprises vers une responsabilité sociétale et environnementale par leur adhésion à la charte et à l'Association Biovallée
  • Dynamisation de l’économie locale, développement de nouvelles filières, relocalisation de la production.

Depuis 2014, des entreprises et des collectivités collaborent pour mettre en adéquation les besoins de  traitement des eaux usées des entreprises et les capacités d’accueil des stations d’épuration intercommunales.
Ce travail devrait permettre de mutualiser une station d’épuration entre deux industriels avec pour bénéfices :

  • des économies pour les producteurs d’effluents,
  • une meilleure rentabilisation des équipements des stations d’épuration
  • une diminution des flux de camions transportant les eaux usées et des distances parcourues

Etapes de l'initiative

Juin-septembre 2013 : Constitution du dossier de réponses à l'AAP

Octobre 2013-mars 2014 : Recrutement du chef de projet et mise en place du cadre de travail

Avril-septembre 2014 : Etat des lieux - Entretiens avec 50 acteurs du territoire, recensement des flux (matière / énergie / déchets / transports) propres à chaque activité ·

Octobre 2014-avril 2015 : Etude de faisabilité des synergies puis identification de trois domaines d'investigation et du plan d'action

2015-2016 : Déploiement des sept actions prioritaires. Poursuite de la veille pour identifier de nouvelles opportunités

Facteurs d'accélération et freins

Plusieurs freins intrinsèques à une démarche EIT sur un large territoire peu dense sont rencontrés :

- la difficulté à augmenter la taille du gisement étant donné l'étendue du territoire, marqué par une densité démographique faible et des entreprises majoritairement de petite taille

- la multiplicité des acteurs institutionnels

Mais ils constituent aussi une opportunité pour inventer une nouvelle manière d'aborder l'EIT :

Ces facteurs qui sont initialement des contraintes peuvent aussi stimuler la recherche et le test en vraie grandeur de nouvelles solutions créatives sur la notion de rentabilité et de contribution collective. L'ambition est ici de faire émerger une nouvelle culture : si on veut faire construire des synergies économiquement viables dans la France rurale, quelles alternatives inventer au-delà d'un système d’aides publiques ?

Domaines d’activités

  • Mobilité
  • Transport
  • Tourisme
  • Commerce

Ressources

  • Eau
  • Déchet
  • Efficacité énergétique
  • Emploi
  • Verre

Partenaires

  • Collèges représentés dans l'association Biovallée
  • Entreprises, Associations, Collectivités. Ces collèges représentent 160 adhérents au total.

  • ADEME
  • Région Auvergne-Rhône-Alpes
  • Communauté de Communes du Crestois Pays de Saillans
  • Communauté de Communes du Val de Drôme
  • Communauté de communes du Diois
  • Département de la Drôme
  • Moyens techniques

    Conception, analyses préalables puis déploiement d'un plan d'action comprenant des synergies prioritaires réparties dans trois familles :

    Synergie A : Optimisation du traitement de l’eau
    • ACTION 1 : mutualisation des effluents dans une station d'épuration partagée 
    Depuis novembre 2014, dix entreprises et collectivités travaillent ensemble pour optimiser l’adéquation entre les besoins de traitement des eaux usées et les capacités d’accueil des stations d’épuration publiques et privées du territoire. A la clé, des économies pour les producteurs d’effluents, une meilleure rentabilisation des équipements pour les stations d’épuration et une diminution des flux de camions citerne transportant les eaux usées parfois très loin de l’entreprise où elles sont générées.
    Synergie B. Mobilité douce en entreprise et chez les particuliers
    • ACTION 2 : Lancement du train touristique ‘Veyn’ Art’  site web

    Les 17 et 18 juillet 2015, le train touristique, le Veyn’art, a sillonné la vallée de la Drôme de Valence à Luc en Diois et Veynes. Au programme, spectacles dans le train et en gare, découverte de produits du terroir, et activités combinées train + sports nature (canoë, vélo). Cette opération, co-financée par les trois communautés de communes de la Biovallée (Crestois-Pays de Saillans, Diois, Val de Drôme), a mobilisé vingt acteurs économiques (producteurs, prestataires sportifs, offices du tourisme, collectivités, associations). Elle a un triple objectif :

    - rassembler les acteurs du tourisme autour d'un outil commun, le train, vecteur de développement économique potentiel conséquent (à terme, le passage du train pourrait par exemple devenir un événement "ouvrant" la saison touristique dans la vallée de la Drôme)

    - marquer symboliquement la volonté de développer des services innovants dans le domaine de la mobilité

    - amorcer la défense et la revitalisation de la voie ferrée de la vallée de la Drôme, avec pour but à terme d’augmenter les fréquences de desserte et de relancer le transport de fret pour les entreprises

    • ACTION 3 : Service de logistique inversée avec les véhicules de la Poste
    Les entreprises locales et la Poste préparent une expérimentation d'utilisation des tournées des facteurs et des capacités libres dans les véhicules de livraison du courrier pour différents types de services innovants : livraison d'achats locaux, récupération de livres empruntés aux bibliothèques, visites à domicile de personnes âgées, livraison d'outils en location, etc.
    • ACTION 4 : déploiement d'un service de mobilité partagée
    Plusieurs communes préparent une expérimentation de mise à disposition de véhicules en libre-service. Objectifs : limiter le budget alloué aux transports pour les entreprises et collectivités, proposer un véhicule aux particuliers pour un usage ponctuel, développer l’intermodalité (train, vélo) pour réduire la nécessité d’une voiture individuelle. Cette offre pourra également bénéficier aux publics précaires et aux personnes à mobilité réduite.
    Synergie C : Valorisation ressources / déchets 
    • ACTION 5 : Expérimentation d'un système de consigne pour les producteurs locaux (vin, clairette, bière)
    A l’image de plusieurs expériences réussies (Allemagne, viticulteurs du Var), il s’agit de tester avec un groupe de producteurs motivés la mise en place d’un système de collecte / nettoyage / livraison des bouteilles afin d’en diminuer le prix de revient de 50 % tout en améliorant significativement le bilan écologique. La vente directe est particulièrement adaptée à cette expérimentation, qui permettra également de renforcer la fidélisation de la clientèle.

    Dispositifs, outils ou méthodologies

    GOUVERNANCE

    Instance décisionnelle  : Comité de pilotage, ADEME, Région Rhône Alpes, Association Biovallée (chefs d’entreprises, élus), Communauté de Communes (CCVD, CCCPS)
    Instance de suivi opérationnel
    : Comité technique, services techniques (CCVD, CCCPS), administrateurs de l'association Biovallée

    Autres intervenants

  • Artelia
  • Accompagnement sur quelques actions spécifiques

  • Ewam
  • Accompagnement sur quelques actions spécifiques

  • Aldérane
  • Accompagnement sur quelques actions spécifiques

    Financeurs

  • Adhérents
  • CCVD, CCCPS, CCPD
  • Communautés de communes soutenant le projet

    Financement

    L'ADEME et la Région Auvergne-Rhône-Alpes ont contribué au financement du projet

    Témoignages

    Nicolas Sizaret, ancien chef de projet au sein de l’Association Biovallée
    «Dans une région regroupant 97 communes et 3 communautés de communes, la place des collectivités est essentielle, là où traditionnellement, le pilotage d’un projet industriel est assuré par les bénéficiaires directs des synergies déployées (entreprises, club d’entreprises, association de développement).»

    Lien(s) web

    Documents

    ​Anne-Sophie Chupin, Directrice de l'Association Biovallée, présente l'Association Biovallée.

    ​Nicolas Sizaret, chef de projet Écologie Industrielle et Territoriale, explique la démarche d'écologie industrielle de Biovallée

    ​Anne Sophie Herrebaut, ingénieur environnement de l'ADEME Rhône-Alpes, explique le soutien de l'Agence aux territoires sélectionnés pour développer une démarche d'écologie industrielle.

    ​Fiche Biovallée - Appel à manifestation d'intérêt "Ecologie industrielle territoriale"


    Modérateur

  • Auteur de la page

  • Augustin GUENDOUZ

    Secrétaire général

    Suivre

  • Autres initiatives

    Plus d'initiatives

    Sur les mêmes thèmes

     Accompagnement
     Aménagement territorial
     Appels à projets
     Gouvernance territoriale
     Expérimentation
     Coopération territoriale
     Animation
     Circuits courts
     Concertation
     Ecologie industrielle territoriale
     démarche