Vacances 2020 : le tourisme local et durable à l'honneur

  • par Didier Lamy
  • /
  • 2020-07-20 17:46:39
  • /
  • Eclaira.org
  • /
  • 242

 

Alors qu’on entend depuis quelques années le terme de tourisme de masse, le tourisme “local” est fortement encouragé cette année en raison de la crise sanitaire.

Nous revenons ici sur l’impact du tourisme sur l’environnement et les solutions qui existent pour ne pas renoncer à faire ses valises cet été !

 

1. Impact du tourisme

Impact Carbone

A lui seul, le tourisme est responsable de 8 % des émissions mondiales de CO2. 70 % de ces émissions sont dues au transport. Le principal contributeur : l’avion, qui émet en moyenne 125 fois plus de CO2 qu’une voiture individuelle et 1 500 fois plus qu’un train[1].

 

Impact écologique sur la biodiversité et les écosystèmes

La richesse de la biodiversité attire souvent les visiteurs, transformant des paysages en destinations touristiques. On observe alors un bouleversement des écosystèmes et une érosion de la biodiversité, dus à la fois :

  • à l’urbanisation touristique, qui grignote les espaces naturels,
  • à la sur fréquentation (piétinement, pollution sonore…) de zones de hot spots de biodiversité,
  • à l’introduction accidentelle et au développement d’espèces invasives,
  • aux modifications alimentaires des espèces locales (nourriture par les touristes, poubelles) les fragilisant,
  • à la pollution générale engendrée : déchets sauvages, gaz à effet de serre, pollutions des eaux, etc...

 

Impact social et sur les ressources

En raison de l’augmentation de la demande en eau, nourriture et électricité durant les périodes touristiques, les prix augmentent pour les populations locales, quand la ressource n’est pas totalement consacrée au tourisme (besoin en eau des complexes touristiques notamment).

Le tourisme est une activité nécessaire pour l'économie locale : il favorise le développement économique et crée des emplois.

Cependant, la périodicité inhérente au tourisme peut précariser les populations locales dont les compétences locales sont fragilisées.

 

2. Solutions éco-responsables

Faut-il payer quelques euros de plus son billet d’avion pour que la compagnie aérienne plante des arbres ? C’est un exemple de compensation Carbone. Souvent controversée, cette compensation semble finalement inutile : Jean-Marc Jancovici estimait en 2006 que « compenser peut (...) être pire que de ne rien faire »[2]. En tout cas, si vous voulez diminuer réellement votre impact carbone, il vaut mieux renoncer à un seul voyage en avion que de compenser.

Il existe cependant de réelles solutions afin d’être des touristes plus écoresponsables. Il est déjà plus efficace de prendre un autre moyen de transport que l’avion. Cela peut aussi signifier voyager moins loin. Cette année, avec la crise sanitaire et économique, de nombreuses personnes vont choisir de partir en France et redécouvrir la grande diversité de ce pays. Il est possible par exemple de visiter en vélo itinérant, en s'avançant éventuellement en train si la destination est trop loin.

Il existe de multiples petits gestes à mettre en place afin de limiter son impact sur l’environnement.

Tout d’abord, il est important de limiter les gestes polluants : ne pas jeter ses déchets dans la nature, toujours avoir un cendrier de poche avec soi, ne pas mettre de la crème solaire juste avant de se baigner et favoriser des crèmes solaires sans produits chimiques, etc...

Il est également important de limiter les activités polluantes ou avec un fort impact négatif sur la nature (activités motorisées, canyoning, etc), de limiter sa consommation d’énergie et de ressources locales (eau par exemple) et de consommer local et de saison pour l’alimentation et les souvenirs.

Enfin, voici des clés très concrètes pour organiser vos vacances éco-responsables.

Tout d’abord, des sites et guides pratiques et "écolo" :

  • Pour trouver des destinations et opérateurs de voyage éco-responsables : les guides TAO, l’ATES, l’ATR, voyageonsautrement.com, vaovert.fr
  • Ecolab vous permet de calculer l’empreinte carbone de vos déplacements selon le mode de transport
  • Géovélo afin de définir des routes pour les vacances en vélo itinérant
  • Choisir vos hébergements en fonction des labels pour des logements éco-responsables : EU Ecolabel, La Clef Verte, Hôtel au naturel, EcoGîte, Gîte Panda, Green Globe

Et au plus proche de chez-vous pour soutenir l’économie locale et voyager durablement en Auvergne Rhône-Alpes :

 

Conclusion

---

L’impact du tourisme dépend de la prise de conscience de chacun, car une offre de tourisme vert est belle et bien présente en France et en Rhône-Alpes. Il ne tient donc qu’à vous de profiter de destinations locales et éco responsables !

 


[1]

https://www.geo.fr/environnement/un-trajet-en-avion-est-1-500-fois-plus-polluant-quun-voyage-equivalant-en-tgv-195580#:~:text=Par%20trajet%2C%20l'avion%20%C3%A9met,qui%20ont%20un%20effet%20r%C3%A9chauffant.


[2]

https://www.liberation.fr/planete/2018/10/20/compenser-ses-voyages-en-avion-une-fausse-solution_1684614

 

https://www.liberation.fr/evenement/2006/10/31/compenser-c-est-aussi-penser-qu-on-peut-ne-rien-changer_55945


 Circuits courts
 Aménagement territorial
 Affichage environnemental
 Compensation carbone
 Economie sociale et solidaire
 Filières locales
 Territoire
 Tourisme
  Tourisme durable
  Tourisme vert
  Voyage
  Vacances
  Eco-responsable

Modérateur

  • Vincent Jay

    Chef de projets

    Suivre
  • Dernière modération le 23/07/2020 - 17:29

    Auteur de la page


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     Circuits courts
     Aménagement territorial
     Affichage environnemental
     Compensation carbone
     Economie sociale et solidaire
     Filières locales
     Territoire
     Tourisme
      Tourisme durable
      Tourisme vert
      Voyage
      Vacances
      Eco-responsable