[Focus filière] La relance collective de la filière laine en Haute-Loire

[Focus filière] La relance collective de la filière laine en Haute-Loire

Au Pays de Saugues, la filière laine a pratiquement disparu, victime de la concurrence. L’élevage ovin est toujours très présent mais la laine est une ressource sous-utilisée, parfois jetée, car elle n’a qu’une très faible valeur pour les éleveurs.

Les Ateliers de la Bruyère, association d’insertion présente depuis 1992 sur le territoire, consacre un chantier à la fabrication de feutre de laine depuis le début des années 2000. Cette initiative a permis d’amorcer des synergies entre les acteurs locaux de la filière, notamment l’entreprise Laurent Laine spécialisée dans le lavage et la matelasserie. Forts de cette collaboration, les Ateliers et le CERAMAC* ont répondu à un appel à projets de la Région Auvergne en 2012 pour mener un programme de recherche-action sur la structuration d’un Pôle Laine regroupant des activités agricoles, industrielles, artisanales, commerciales, culturelles et touristiques. Les travaux de l’ingénieur de recherche J.B. Grison ont confirmé le potentiel de redynamisation du territoire que représentait un tel pôle.

Pour accompagner la construction du projet, la communauté de commune du Pays de Saugues a lancé un appel d’offre en 2013 et a retenu l’association de développement économique Macéo.

Macéo a utilisé la méthode PAT-Miroir basée sur l’idée que tout projet suscite des Peurs (ou craintes), Attraits (bénéfices objectifs du projet reconnus par tous) et Tentations (enjeux personnels venant interférer avec le projet collectif), et qu’il est préférable de les prendre en compte en amont de la construction du plan d’action afin d’anticiper les blocages et conflits qui pourraient mettre en péril la mise en œuvre du projet.

Dix acteurs de la filière laine ont pris part à cinq journées de travail animées par Macéo sur une période de moins de deux mois pour co-construire le projet du Pôle Laine. Sur la base d’une vision commune du projet, préalablement formulée par un comité technique et validée par un comité de pilotage, et dans un cadre de créativité sécurisé, les participants ont librement exprimé les peurs, attraits et tentations que pouvait susciter le projet chez les différentes parties prenantes.

Ils ont ainsi fait émerger des thèmes incontournables à intégrer dans le projet (la gouvernance collective, le partage de la plus-value, les questions de qualité,…). Ils ont travaillé à la construction d’un consensus sur ces questions et ont élaboré des pistes d’actions. Enfin, ils ont structuré ces propositions en un plan d’action opérationnel. La peur des éleveurs de ne pas pouvoir couvrir le coût de la tonte s’est traduit dans le plan d’action par un travail sur la répartition de la valeur ajouté de la production de laine. Les statuts de l’association répondent aux craintes exprimées concernant l’institutionnalisation de la gouvernance en garantissant une gouvernance collective et en réservant la présidence à un acteur économique privé.

Selon Bruno Depalle, vice-président du Pôle Laine et président des Ateliers de la Bruyère, la démarche a été porteuse car pragmatique et efficace. Face à l’enjeu de faire travailler ensemble des acteurs très différents, cette méthode permet de baser le projet sur des piliers solides : vision commune, projet co-constuit, gouvernance partagée, relations de confiance et d’empathie. Elle nécessite néanmoins un investissement en temps conséquent du groupe de participants.

Suite à ce travail, une des premières actions a été de créer l’association Pôle Laine réunissant les différents acteurs de la filière : producteurs, transformateurs, promoteurs et acteurs publics.

L’accompagnement a également permis de finaliser la réponse à l’appel à projet PTCE**, permettant au Pôle Laine d’obtenir ce label sans toutefois recevoir de financements.

* Centre d’Études et de Recherches Appliquées au Massif Central – laboratoire de géographie de l’Université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand
** Pôles Territoriaux de Coopération Economique

Promouvoir, structurer et développer une filière laine de proximité

Le Pôle Laine est un projet territorial collectif, il mobilise une variété d’acteurs locaux autour de différents volets dont découle une multitude d’actions. L’animation est donc un point clé. Toutefois le budget du Pôle (5 000 €) ne permet pas d’engager un animateur et la gestion ainsi que la mise en œuvre des projets dépendent de l’investissement en temps de chacun des membres.

Leur implication est motivée par les opportunités économiques que représente le Pôle mais également par la création de liens sociaux et la volonté de conserver la filière :

  • Le volet agricole comporte le projet de création d’une filière de laine d’agnelle répondant à des exigences de qualité et de juste rémunération. La chambre d’agriculture propose des formations de tri aux éleveurs dont une dizaine est impliquée dans cette production. Il n’y a plus de filateur sur le secteur pour compléter la filière mais le Pôle travaille avec la filature Terrade (Creuse) afin de pouvoir relancer une activité de bonneterie grâce aux machines léguées par le dernier bonnetier du territoire.
  • Dans le cadre du volet industriel, le Pôle Laine apporte un appui à la mise aux normes du lavage de Laurent Laine qui souhaite ouvrir au printemps 2018 une activité de lavage exemplaire (traçabilité et normes environnementales) en partenariat avec les Ateliers de la Bruyère. L’entreprise est la dernière à laver la laine en France et de nombreuses activités artisanales en dépendent. Le projet mobilise des acteurs institutionnels (Région, sous-préfecture) et économiques. L’entreprise Michelin a notamment mis à disposition deux ingénieurs de production dans le cadre d’un mécénat d’entreprise.
  • Le volet culturel et touristique promeut la filière laine dans ses dimensions historiques et contemporaines. Les Ateliers de la Bruyère et des acteurs du tourisme mènent un projet d’atelier conservatoire intégrant un espace muséographique. La commune de Saugues a mis à disposition des bâtiments pour accueillir cet espace actuellement en recherche de financements.
  • Le volet commercial de la filière est assuré par les Ateliers de la Bruyère qui gèrent une plateforme de vente en ligne*. Mise en place à l’initiative de la commune de Saugues, elle propose également d’autres produits locaux.

Ces projets sont également mis en œuvre grâce à des partenaires non adhérents à l’association mais qui apportent leurs savoir-faire sur différents volets : l’école d’ingénieurs de Clermont-Ferrand SIGMA travaille sur des machines de transformation de la laine, la conservatrice du Musée Bargoin de Clermont-Ferrand est associée au projet d’espace muséographique, etc.

*Madeingevaudan.com 

Des contextes territoriaux mouvants et parfois sources d’incertitudes

Les dynamiques d’acteurs évoluent en fonction du contexte qui peut être source d’opportunités ou d’incertitudes.

La fusion de la C.C. du Pays de Saugues, très impliquée dans la structuration du Pôle Laine, avec trois autres communautés de communes au 1er janvier 2017 représente une évolution institutionnelle majeure dont les conséquences sur le Pôle sont encore inconnues.

Autre évolution de contexte, l’abandon du projet de Parc Naturel Régional des Sources et Gorges du Haut-Allier en 2016 a retiré au Pôle Laine l’opportunité de s’inscrire dans ce cadre. Les collectivités auparavant concernées par le projet de PNR pourraient cependant être mobilisées à l’avenir à travers l’élargissement du PTCE envisagé afin d’impliquer de nouveaux acteurs, par exemple ceux de la filière bois, et de renforcer le volet touristique du pôle.

--------------------------

Source : ECLAIRA - Le Bulletin Numéro  N°7 / Juin 2017

Bulletin édité par CIRIDD - soutenu par la Région Auvergne - Rhône-Alpes

Consulter tous les bulletins ECLAIRA

Retrouvez ce Focus sur https://www.eclaira.org/initiative/


Modéré par : Traduction Birdwell

Autres actualités dans "Information"

Initiative : un système alimentaire territorial durable dans l'espace urbain

Publié le 26 juil. 2017 - 10:20

En 2015, la Ville de Lyon a élaboré un plan d’actions pour mettre en place un système alimentaire territorial durable, dans le cadre du programme européen Urbact II « Sustainable Food in Urban Communities ». Celui-ci prend en compte (...)

Découvrez la première fiche ECLAIRA « Comment analyser les dynamiques d’acteurs ? »

Publié le 25 juil. 2017 - 16:05

Réalisées par le CIRIDD, les fiches ECLAIRA proposent d’apporter un éclairage particulier sur des outils, méthodes ou approches à destination des porteurs de projet en économie circulaire. Publiées à une fréquence régulière, une dizai (...)

Initiative: une chaudière numérique qui valorise l'énergie des serveurs

Publié le 20 juil. 2017 - 16:37

Stimergy a développé une chaudière numérique permettant de valoriser la chaleur produite par les serveurs informatiques qu'elle gère en répondant aux besoins en eau chaude sanitaire de bâtiments à chaufferie centralisée (habitat colle (...)


  • Publié le 18 juil. 2017 - 17:03 GMT
    par Bulletin ECLAIRA|Eclaira.org
    Vue 394 fois
 Accompagnement
 Action collective
 Aménagement territorial
 Circuits courts
 Concertation
 Coopération territoriale
 Economie sociale et solidaire
 Filières locales
 Territoire
 Bulletin7
  PTCE




Recherchez

Entrez votre propre mot-clé



Autres actualités